Test urinaires des PainKillers (antidouleurs opioïdes)

Test urinaires des PainKillers (antidouleurs opioïdes)

NarcoCheck NarcoCheck

NCE-M08-11B

Nouveau

Test urinaire de dépistage de la majorité des ANTIDOULEURS et ANALGÉSIQUES OPIOÏDES. Ce test révèle ainsi toute consommation de médicaments antidouleurs susceptibles de provoquer une dépendance ou addiction forte.

8 molécules dépistées pour s'assurer qu'aucun opioïde n'est consommé.

Fabriqué en France et certifié ISO 13485.

Plus de détails

En savoir plus

Le premier test urinaire spécifique aux opioïdes (antidouleurs et analgésiques) !

Le test urinaire  NarcoCheck® PainKillers® couvre une large gamme de molécules pharmaceutiques opioïdes utilisées dans le cadre de la lutte contre la douleur, et notamment des douleurs chroniques.

Les opioïdes et opiacés sont des molécules synthétiques ou naturelles, dont les effets sont similaires à ceux de l'opium.

Du fait de leur très fort pouvoir addictif, il est souvent nécessaire de réaliser un suivi des personnes devant mettre un terme à leur traitement aux opioïdes, en testant la prise de ces molécules.

Pourquoi tester les 8 principales molécules opioïdes simultanément ?

Prenons un exemple. Vous souhaitez accompagner une personne qui doit cesser de consommer du fentanyl et vous convenez ensemble d'un dépistage régulier. Il est possible que l'effet de manque puisse pousser cette personne à se rabattre sur d'autres molécules, comme l'oxycodone ou même l'héroïne, ce que vous ne verrez pas si vous n'utilisez qu'un simple test de fentanyl. Grâce à ce test multi-opioïdes, les risques de passer à côté de cette information cruciale seront très réduits.

Ce test peut également être utilisé afin de vérifier que la prise d'antidouleurs opioïdes se limite bien aux seules molécules qui ont été prescrites. Par exemple, une personne sous Tramadol pourra être régulièrement dépistée afin de s'assurer qu'aucun autre analgésique opioïdes comme le Fentanyl ou l'Oxycodone n'est utilisé en même temps, de façon dissimulée ou non.

Il est important de comprendre que l'addiction provoquée par les antidouleurs opiacés et opioïdes est l'une des plus fortes, et souvent des plus atroces qui soit. Elle est tout à fait similaire à la dépendance provoquée par l'héroine. Bien souvent, les patients peu ou mal informés sur ces propriétés extrêmement addictives peuvent être amenés à perdre le contrôle de leur consommation sans même s'en rendre compte... ou trop tard. La lutte contre la douleur pousse en effet beaucoup de patients, malgré eux, à augmenter les doses, petit à petit, jusqu'à des extrêmes conduisant à des dessocialisations totales, voire à de très nombreuses overdoses et décès.

Aux Etats-Unis, en 2017, la "crises des opioïdes" a provoqué près de 72'000 décès par overdose, soit plus que les accidents de la route et les morts par arme à feu réunis.

En France, si la situation n'est pas comparable, la consommation est néanmoins en augmentation constante depuis 10 ans. Le nombre annuel d'intoxications par des opioïdes a doublé en dix ans et on compte désormais près de 4 décès par semaine.

Face à cette situation, le test urinaire  NarcoCheck® PainKillers® peut constituer un premier outil de vigilance, afin de contrôler l'arrêt de la consommation de ces molécules (ce qu'on appelle communément un "sevrage") ou vérifier que leur utilisation se limite bien aux seules molécules prescrites.

C'est un test dit "multi-drogues", qui est composé des tests suivants:

  • MOR : Mophine, héroine, opiacés
    On appelle "opiacés" les produits dérivés de l'opium, comme la morphine, la codéine ou l'héroine. La plupart de ces opiacés se métabolisent (se transforment) en fait en morphine, après avoir été consommés, et ce sont ces traces de morphine que le test va détecter dans les urines.

  • FYL : Fentanyl
    Le Fentanyl est un analgésique (anti-douleur) très puissant, mais c'est surtout un opioïde 100 fois plus puissant que l'héroine, qui provoque une addiction rapide et extrêmement forte. De plus en plus de Fentanyl s'échange au marché noir, car il est très demandé par des personnes qui en sont devenues dépendantes suite à un traitement médical..

  • OXY : Oxycodone (OxyContin®Percocet®, Oxycocet®, Endocet®)
    L'oxycodone est un opioïde très puissant utilisé pour soulager les douleurs intenses ou rebelles à d'autres antalgiques. L'addiction à l'oxycodone peut être très puissante et provoquer des overdoses. L'oxycodone est l'un des principaux responsables de la "crise des opiacés" en Amérique du Nord.

  • TML : Tramadol
    Le tramadol est un analogue de la codéine. C'est un analgésique opioïde qui agit sur le même type de récepteurs que la morphine. Il peut entraîner des effets secondaires, comme des nausées, vomissements, somnolence ou constipation. Il peut également engendrer une accoutumance.

  • MPRD : Mépéridine / Péthidine (Demerol®, Dolantine®)
    La mépéridine (appelée aussi péthidine) est un analgésique opioïde.  Elle est indiquée pour le traitement de la douleur modérée à sévère et peut être administrée sous forme de sel de chlorhydrate (comprimés), de sirop ou par injection intramusculaire, sous-cutanée ou intraveineuse. Elle peut déclencher une accoutumance, parfois même après seulement quelques jours de traitement.

  • PPX : Propoxyphène
    Le propoxyphène est un opioïde utilisé pour soulager les douleurs d'intensité modérée, par exemple après une opération ou une chirurgie dentaire. On observe des dépendance au propoxyphène, soit par une prise médicamenteuse dont certaines personnes perdront le contrôle, soit par une utilisation détournée visant à augmenter les effets des tranquillisants, somnifères, antihistaminiques ou antidépresseurs.

  • BUP : Buprénorphine (Subutex®, Suboxone®, Temgesic®)
    La buprénorphine est surtout connue comme traitement de substitution aux opiacés, utilisée lors du sevrage des héroïnomanes. La buprénorphine est aussi un puissant antidouleur, dont l'administration est réservée aux soins des douleurs très intenses. Comme tous les opioïdes, elle peut déclencher de puissantes dépendances.

  • EDDP : Méthadone (métabolite)
    La Méthadone est un analgésique opioïde utilisé comme traitement de substitution pour les toxicomanes en cours de sevrage. Mais la méthadone est également utilisée comme traitement antalgique des douleurs complexes liées au cancer dans de nombreux pays.

 

A noter:  ce test est spécifique aux analgésiques opioïdes. Il n'est pas destiné au dépistage d'autres molécules pouvant également être utilisés comme antidouleur, qui peuvent être dépistées à l'aide d'un test spécifique, comme le test urinaire de la kétamine ou le test urinaire des benzodiazépines.

 

NB: les 8 bandelettes composant ce test multiple sont également disponibles en tests monodrogue: Test urinaire Morphine/opiacés - Test urinaire Fentanyl - Test urinaire Oxycodone - Test urinaire Tramadol - Test urinaire Mépéridine/Péthidine - Test urinaire Propoxyphène - Test urinaire Buprénorphine - Test urinaire Méthadone (EDDP)

 

Mode d'emploi

Fiche technique

Type de testUrinaire
Marque/FabricantNarcoCheck
FiabilitéExcellente (≈99%)
Résultats en5 minutes
Période de détection1 à 4 jours selon la substance
Seuil de détection--Multiple-- Plus de détails Réduire

Seuils de détection

NarcoCheck® PainKillers® (antidouleurs) - TEST URINAIRE MULTI-DROGUES (8 en 1)

Substances détectéesconcentration (ng/ml)
MOR (morphine, héroïne, opiacés...)300 ng/ml
FYL (Fentanyl)10ng/ml
OXY (oxycodone)100 ng/ml
TML (tramadol)100 ng/ml
MPRD (mépéridine/péthidine)100 ng/ml
PPX (Propoxyphène)300 ng/ml
BUP (buprénorphine)10 ng/ml
EDDP (méthadone)100 ng/ml