Test capillaire pour les drogues du viol

Test capillaire de Soumission Chimique

NarcoCheck NarcoCheck

LCMS-SC1C

Nouveau

Dépistage capillaire (sur cheveux) permettant de rendre compte d’une soumission chimique (drogue du viol/vol) provoquée par l’administration de GHB ou de sédatifs. Permet de dater le moment de la soumission chimique à 10 jours près.

 Résultats sous 8 à 10 jours. Confidentialité garantie.

Plus de détails

En savoir plus

NarcoCheck révolutionne une fois de plus le dépistage des drogues avec

le premier TEST CAPILLAIRE (sur cheveux) accessible aux particuliers !

 

Le test capillaire permet de réaliser un dépistage des drogues et stupéfiants par l'analyse d'une mèche de cheveux. Cette analyse est dite « quantitative », c'est-à-dire qu'elle va délivrer un dosage exact des traces de drogues présentes dans les cheveux.

 

Les avantages du test capillaire NarcoCheck :

  • Test réalisé en France.
  • Test réalisé en laboratoire certifié ISO 17025.
  • Totalement anonyme.
  • Dépistage de toute consommation au cours des 90 derniers jours !
  • Fiabilité supérieure à 99,9% !
  • Totalement infalsifiable.

 

 Qu’est-ce qu’une soumission chimique ?

On appelle soumission chimique l’administration à des fins criminelles (viol, vol, agression sexuelle, acte de pédophilie) d’un ou plusieurs produits psychoactifs, à l’insu de la victime ou sous la menace.

 

 Quelles drogues dépiste ce test ?

  • Le GHB, qui est la "drogue du viol" la plus connue.
  • Les sédatifs appartenant à la famille des benzodiazépines, comme le zolpidem, le zopiclone, le bromazépam, l’alprazolam, le nordazépam, le clonazépam, la niaprazine et le flunitrazépam (Rohypnol®, Narcozep®).

 

Pour chacune de ces drogues, vous obtiendrez un dosage exact de la quantité de substance retrouvée dans les cheveux.

  • Pour le GHB : la datation se fait à 10 jours près. Une datation aussi précise est nécessaire pour le GHB, car cette substance est éliminée extrêmement rapidement de l'organisme.
  • Pour les sédatifs : la datation se fait sur les 90 derniers jours. D'un point de vue technique, il n'est pas recommandé de pratiquer ce dépistage sur des périodes plus courtes, car ces sédatifs laissent des traces sur les cheveux de façon plus diffuse que le GHB. Tenter de dater plus précisément les benzodiazépines conduiraient donc à de possibles erreurs, c'est pourquoi nous rendons un résultat sur 3 mois.

 

 Comment prouver qu’il y a eu soumission chimique?

  • Passé un délai de 6 à 12h après la prise de GHB (6 heures dans le sang et 12h dans les urines), il ne reste plus qu’un seul moyen pour prouver la soumission chimique : l’analyse capillaire. Le cheveu est en effet la matrice la plus stable pour rendre compte d’une soumission chimique, même plusieurs semaines/mois après que l'agression ait eu lieu.

    Le corps humain sécrète du GHB de manière naturelle, mais dans de très faibles proportions. On parle de GHB endogène. Ce test a pour but de dépister le GHB dit éxogène, c'est à dire celui qui a été absorbé.

    Pour ce faire, nous découpons les cheveux en 8 segments de 0,3 cm de long. Sachant que 1 cm de cheveux permet de retracer l’historique de consommation sur un mois, les segments de 0,3 cm permettent de dater le moment de la soumission chimique sur une fourchette d’environ 10 jours.

  • Pour les autres substances comme les benzodiazépines et autres sédatifs (flunitrazepam, zolpidem, ect.), leurs traces disparaissent des urines et du sang après 2 à 3 jours. Après ce délai, seul l’examen capillaire peut rendre compte de la soumission chimique.


Attention : pour ce test de soumission chimique, la collecte de l'échantillon de cheveux doit impérativement se faire au minimum 6 semaines après les faits supposés, afin de garantir la fiabilité des résultats.
 

 

Comment ça marche ?

Prélèvement pour test capillaire des drogues

1 - Collecte de l'échantillon capillaire

Nous vous envoyons par la poste un kit de prélèvement complet.
Très simple à réaliser, ce prélèvement d'une simple mèche de cheveux se fait en quelques minutes. 

Expédition du test capillaire des drogues

2 - Expédition de l'échantillon

A l'aide de l'enveloppe préaffranchie qui vous est fournie, vous expédiez l'échantillon au laboratoire. Il sera traité dès réception. Le dépistage sera réalisé grâce à une technique chromatographique couplée à la spectrométrie de masse.

Expédition du test capillaire des drogues

3 - Consultation des résultats

Sous 8 à 10 jours, les résultats de votre test seront disponibles sur le site internet sécurisé de NarcoCheck. Pour y accéder, il vous suffira simplement de taper le numéro de série et le mot de passe fournis avec votre kit.

 

Carte à codes

 

Confidentialité absolue !

Ce kit a été conçu pour vous assurer une totale confidentialité. Votre identité n'est jamais connue du laboratoire, car votre échantillon capillaire est accompagné uniquement d'une carte anonyme marquée d'un simple numéro de série et d'un mot de passe.

Cette carte est composée de 2 volets détachables marqués respectivement "Partie à envoyer" et "Partie à conserver". Vous expédiez la partie à envoyer avec votre échantillon, tandis que la partie à conserver vous permettra de récupérer les résultats de votre test sur le site internet sécurisé de NarcoCheck.

 

Les cas de soumissions chimique en France :

Chaque année en France, on recense 75.000 viols (dont seulement 8 458 sont déclarés), ainsi que 198.000 tentatives. Une femme est victime de viol toute les 7 minutes. De plus en plus souvent, le violeur drogue sa victime. En 2011, 273 cas de soumissions chimiques avérés (plus 193 autres cas possibles)  ont été observés sur le territoire national, dont une grande majorité a donné lieu à des agressions sexuelles dont les femmes sont les principales victimes. Cette estimation est à prendre avec précaution, car la plupart de ces cas ont été avérés après examen toxicologique sur des matrices urinaires ou sanguines, qui (à la différence du cheveu) ne laissent un champ de détection que de 3 jours maximum après la soumission, 12h quand il s’agit de GHB dans les urines. Dans les faits, il y en a probablement bien plus, mais celles-ci ne sont pas comptabilisées, faute d’analyse toxicologique sur matrice capillaire.

 

Les drogues utilisées lors de soumissions chimiques :

L’une des « drogues du viol » les plus utilisées est le GHB dont l’un des précurseurs – le GBL, qui peut être facilement transformé en GHB – est facilement accessible sur internet. Le GHB peut se présenter sous forme de liquide ou de poudre. Une fois dilué, ce puissant sédatif est inodore et incolore. Il est de ce fait indétectable. Après s’être faite droguée à son insu, la victime a tout d’abord la sensation d’avoir trop bu, sa vision se rétrécit, elle n’a plus d’équilibre, ni de notion de la réalité et de libre arbitre. Elle est donc tentée de tout accepter et de suivre n’importe qui, n’importe où. A son réveil, la victime ne se souvient généralement de rien. Elle se met alors à douter, se demande s’il y a vraiment eu viol, et si tel a été le cas, comment elle s’y prendre pour le prouver. La personne violée est alors en proie à un sentiment de culpabilité qui, bien souvent, la dissuade de porter plainte. Les victimes ignorent que si elles s’y prennent suffisamment vite, il est possible de prouver le viol par soumission chimique et de confondre son agresseur. Quand il s’agit d’une autre substance, comme certains benzodiazépines ou des somnifères, la sédation peut être telle que la victime ne puisse opposer aucune résistance. La mémoire de celle-ci est en revanche moins altérée que lorsqu’il s’agit de GHB.

 

Quelques mesures de vigilance :

  • La multiplication des affaires de viols liés au GHB ou à d’autres substances psychoactives comme les benzodiazépines est très préoccupante. Compte tenu de la facilité d’accès déconcertante au GBL (un précurseur légal du GHB dans de nombreux pays) ou à d’autres benzodiazépines sur internet, cette tendance n’est pas prête de s’infléchir. Il est donc vivement recommandé d’ouvrir l’œil et de rester sur ses gardes.
  • N’acceptez jamais un verre de la part d’un inconnu ou d’un individu en qui vous n’avez pas confiance. Gardez toujours votre verre à la main. 
  • En cas de doute, n’hésitez pas à contacter organismes et associations comme le Collectif Féministe contre le viol, SOS Femmes ou Contre le Viol qui apportent un soutien, une écoute et encouragent à aller porter plainte. Cette démarche – souvent douloureuse - est indispensable, car les examens effectués par le médecin expert seront recueillis et conservés comme preuves.

  

ATTENTION !

Ce kit et le dépistage qu'il concerne sont des outils d'information et de prévention sans visée médicale. En cas de besoin médical en rapport avec la consommation de drogues ou de stupéfiants, consultez votre médecin ou un professionnel de santé spécialisé dans le traitement des addictions.

Par ailleurs, les rapports fournis à l'issue des dépistages réalisés grâce à ce kit sont dépourvus de toute valeur légale et ne peuvent être utilisés dans le cadre d'une procédure judiciaire ou administrative.

 

 

Questions fréquentes :

Pourquoi ce test est-il bien plus cher que les tests capillaires pour les drogues plus classiques ? 

Car les analyses réalisées sont totalement différentes.


Pour un test capillaire sur des drogues "classiques" (cannabis, cocaïne etc.), nous coupons une mèche de 3 cm de cheveux en trois segments de 1 cm et nous analysons chaque segment, ce qui permet d'avoir ensuite une valeur moyenne de consommation sur les 3 derniers mois.


Pour les drogues du viol, et notamment le GHB, il est impératif de dater à 10 jours près la prise de drogue. Nous coupons alors la mèche en 8 segments de 3 mm et nous analysons chaque segment. Il y a donc 8 analyses au lieu de 3 traditionnellement, d'où un coût nettement plus élevé.

 

Le test est-il réalisable avec des cheveux de moins de 3 cm ? 

Oui, cela dit, le temps de détection sera inférieur à 90 jours. Comptez une fenêtre de détection de 30 jours par centimètre de cheveux.

 

La couleur des cheveux peut-elle influer sur le résultat du test ?

Non, la couleur des cheveux n'interfère en rien dans la qualité du dépistage.

 

Peut-on utiliser des cheveux ayant subi un traitement cosmétique ?

Oui, sans problème. Ce dépistage est réalisable sur tous types de cheveux, y compris les cheveux colorés, décolorés ou permanentés.

 

Combien de temps au minimum faut-il compter après consommation pour que le GHB puisse être détectée dans les cheveux ?

Nous recommandons d'attendre 6 semaines entre l'exposition supposée au GHB et le prélèvement capillaire. Pour les sédatifs, le temps d'attente nécessaire n'est que de 3 semaines, mais dans le cadre de ce dépistage global, on s'alignera donc sur le temps d'attente nécessaire le plus long, c'est à dire celui du GHB (6 semaines).

 

Ce dépistage peut-il être réalisé à l'aide de cheveux récupérés sur une brosse ou un oreiller ?

Non, c'est totalement impossible, pour des raisons techniques et légales :

  • Les cheveux ne pourront pas être fournis assemblés et alignés dans le même sens.
  • La quantité de cheveux fournis ne pourra certainement pas être suffisante pour pratiquer le test.
  • Tous les cheveux n'auront vraisemblablement pas le même âge. Certains pourront être plus récents que d'autres, ce qui faussera l'homogénéité de l'échantillon, et donc les résultats du test.
  • Il y aura un fort risque de contamination de l'échantillon. Plus simplement, il n'y aura aucun moyen d'assurer que tous les cheveux fournis appartiennent bien à la même personne. 
  • D'un point de vue juridique, cela laisserait à penser que le dépistage se fait à l'insu de la personne testée, ce qui poserait un problème de légalité (la législation française interdit de pratiquer un test de dépistage à l'insu de la personne testée, ou de ses parents s'il s'agit d'un mineur).
  • D’un point de vue éthique et pédagogique, il nous apparait totalement inapproprié et anti-pédagogique de réaliser un test à l’insu d’une personne, fusse-t-elle votre enfant mineur. Toute personne a le droit de savoir qu’elle passe un dépistage et pourquoi elle le passe. 

    De ce fait, nous vous informons que nous refuserons de réaliser toute analyse dont l’échantillon capillaire n’aura visiblement pas été prélevé en toute connaissance de cause, en quel cas, le prix du test vous sera intégralement remboursé.
     

 

Pour toute question ou information

Vous pouvez nous contacter par le biais de notre formulaire de contact
ou du lundi au vendredi, de 9h à 18h sur notre infoline :
 

Fiche technique

Type de testCapillaire
Marque/FabricantNarcoCheck
FiabilitéSupérieure à 99,9%
Résultats en8 à 10 jours
Période de détectionJusqu'à 90 jours