...et vous voulez vous assurez que ça n'ira pas plus loin.

Vos enfants consomment du cannabis

Rien d'étonnant. En France, près d'un adolescent sur deux a déjà testé le cannabis. C'est sans conteste la drogue la plus consommées par les 15-25 ans, juste après le tabac.

Depuis des décennies, le sujet déchaine les passions. Drogue douce presque inoffensive pour les uns, premier pas vers les drogues dures pour les autres, les extrêmes ne cessent de s'affronter pour laisser dans la plus totale perplexité bon nombre de parents qui ne parviennent plus toujours à démêler le vrai du faux.

A l'arrivée, beaucoup de parents se retrouvent devant le fait accompli : leurs enfants fument des cigarettes ou du cannabis plus ou moins régulièrement.

Comment être certain que cela n'ira pas plus loin ?

Si la consommation de cannabis peut paraître (à tort ou à raison) à beaucoup de parents un moindre mal, ou une phase d'adolescence qui passera d'elle-même, encore faut-il s'assurer que le dérapage restera contrôlé, c'est-à-dire prendre ses dispositions pour que jamais le cap des drogues dures (cocaïne, ecstasys, héroïne, benzodiazépines etc.) ne soit franchi.

Dépistage, mon ami

En cas de doute, le dépistage est la seule et unique méthode qui vous permettra de connaître la vérité et de vous assurer que vos enfants ne consomment pas de drogues dures. On ne peut pas mentir à un test, et un test ne ment pas.

Pourquoi chercher activement la vérité ?

Parce qu'elle ne viendra pas à vous toute seule, ou alors trop tard. Si vos enfants pensent que le cannabis n'est pas une drogue et vous soutiennent que « tout le monde sait bien cela » et que c'est vous qui êtes bien trop « flippés », ils pourraient aussi leur arriver de croire qu'une ligne de cocaïne de temps en temps ou une pilule d'ecstasy est totalement sans danger et ne fera pas d'eux des toxicomanes.

C'est la technique privilégiée des dealers : démystifier le produit, et affirmer très exactement ce que les jeunes veulent entendre, à savoir que ces drogues ne sont pas dangereuses et que c'est la société qui tente de faire croire le contraire pour les empêcher de comprendre le vrai sens de la vie (ou quelque chose comme ça).

Rappelez-vous de votre adolescence. Vous aussi vous pensiez certainement que sur certains sujets, les parents ne pouvaient de toute façon pas comprendre. Vos propres enfants ne dérogent pas à la règle, et si jamais ils franchissent le cap des drogues dures, ils ne viendront certainement pas vous le dire. Ils cacheront qu'ils ne consomment pas que des drogues douces, et ne se trahiront par le changement de leur comportement ou de leur niveau scolaire que lorsque la dépendance se sera installée.

Vos enfants fument du cannabis ou du tabac ?

Ils sont donc déjà engagés dans le cycle des substances addictives. De ce fait, ils sont encore plus fragiles que les autres aux dangers de la drogue, et des drogues dures en particulier. La vigilance des parents doit donc être constante afin d'être efficace.

Comment les dissuader de toucher aux drogues dures ?

Comme on a dissuadé les automobilistes de rouler trop vite : par des contrôles fréquents, inopinés et par une tolérance zéro.

Les tests de dépistages fréquents pratiqués par les parents ont largement prouvés leur efficacité, notamment par leur effet dissuasif, car la plupart des adolescents ne prendront pas le risque de consommer des drogues dures s'ils risquent fortement de se faire dépister.

Quels tests sont disponibles ?

Pour dépister les drogues dures, il existe 2 types de tests.

Le test urinaire

Les tests urinaires Monodrogues (1 drogue)

Ces tests ciblent une substance en particulier. A utiliser lorsque vous avez ce que vous cherchez. Ci-dessous, quelques-uns des plus utilisés.

Le test salivaire

Ce type de test peut quant à lui se pratiquer dans les heures qui suivent l'usage de stupéfiants. Il permet de détecter les drogues qui viennent d'être consommées. Il est donc l'outil idéal des forces de l'ordre, lors de contrôles routiers au sortir des discothèques et des grands rassemblements.

Les premiers tests salivaires ont fait parler d'eux car ils manquaient de précision, mais les dernières générations se rapprochent de plus en plus de la fiabilité des tests urinaires. Ces tests ont aussi l'avantage d'être moins invasifs et moins contraignants pour la personne testée.

Le test présenté ici est un test multi-drogues, capable de dépister simultanément les 5 drogues les plus consommées actuellement (cannabis, cocaïne, héroine, ecstasy et amphétamines).